Pont d’étagement

« PONT D’ÉTAGEMENT », « PASSAGE SUPÉRIEUR », « SAUT-DE-MOUTON » et « VIADUC »

Non définie dans les dictionnaires, l’expression « pont d’étagement » est utilisée au ministère des Transports et, semble-t-il, nulle part ailleurs. Sa signification obscure est critiquée par les langagiers.

Dans une fiche terminologique de l’Office québécois de la langue française rédigée en 2006, on lit : « Quant à l’expression pont d’étagement, une création inutile et boiteuse venant doubler le terme technique français saut-de-mouton, elle doit être évitée au profit de ce dernier terme qui est établi dans la terminologie des ouvrages d’art routiers et ferroviaires en Europe et au Canada. » Ainsi, l’Office recommande l’emploi de « saut-de-mouton » avec la mention d’un synonyme, « passage supérieur », et ajoute que le terme « viaduc » est à éviter. Forte de cet avis, l’Asulf lance cette année-là sa campagne contre l’emploi erroné de « viaduc » et de « pont d’étagement » et propose le terme « saut-de-mouton ».

Plus d’un an plus tard, l’Asulf apprend que l’Office a publié une nouvelle fiche dans laquelle on ne trouve plus la phrase précitée. Il y est mentionné, au contraire, que l’appellation « pont d’étagement » est un synonyme de « passage supérieur » et qu’elle est utilisée par le ministère des Transports. L’Asulf n’a pu obtenir de l’Office la raison de cette volte-face. Elle en conclut que ce changement a été fait pour un motif autre que linguistique, et présume que le ministère des Transports tenait absolument à conserver l’usage de son « invention ». Cet emploi a d’ailleurs déjà obligé le ministère à utiliser, dans un rapport annuel, le terme « pont sur cours d’eau » pour le distinguer du « pont d’étagement ».

Passage supérieur

L’appellation « passage supérieur » est maintenant le terme recommandé dans une fiche postérieure de l’Office avec la mention de « saut-de-mouton » comme synonyme. Il faut savoir que cette appellation a fait l’objet d’un avis de recommandation de l’Office québécois de la langue française paru à la Gazette Officielle du 9 février 1980, par suite d’une recommandation de la Commission de terminologie des transports.

Même si cet avis a paru il y a plus de trente ans, le ministère des Transports n’en a jamais tenu compte. Il n’a jamais employé l’appellation recommandée et il ne l’utilise pas. Par ailleurs, l’Office n’a jamais publié cet avis, de sorte qu’il a sombré dans l’oubli. Il n’a refait surface qu’à l’occasion de l’intervention de l’Asulf en faveur de « saut-de-mouton » en 2006, tout en étant rétrogradé au rang de synonyme. Son retour est encore plus surprenant en 2008 puisqu’il est promu de nouveau au rang de terme recommandé. Comment s’y retrouver?

Conclusion

Le mot « viaduc » est disparu de l’usage officiel. L’appellation « pont d’étagement », création boiteuse, inutile et au sens obscur, n’a pas, à notre avis, de raison d’être et, pour autant que nous le sachions, n’est guère plus utilisée au ministère des Transports. Il serait donc logique que « saut-de-mouton », terme reconnu en génie civil et recommandé par l’Office en 2006, entre maintenant dans l’usage public. Au besoin, on peut mentionner son synonyme, « passage supérieur ».

Avril 2011