Mémo

Le mot « mémo », abréviation familière de « mémorandum », désigne une note qu’on prend pour soi-même d’une chose qu’on ne veut pas oublier, et aussi le carnet qui contient ce genre de notes. Le mémorandum est également une note écrite par un agent diplomatique pour exposer le point de vue de son gouvernement sur une question donnée. De même, en commerce, le mémorandum est une note de commande qu’adresse un commerçant à un fournisseur. « Mémo » est donc une impropriété au sens de « note », ou de « note de service », c’est-à-dire l’écrit concis permettant aux membres d’une entreprise ou d’un organisme de communiquer entre eux. La note sert à la transmission de renseignements ou de directives à des égaux, à des supérieurs ou à des subalternes au sein d’une entreprise, tandis que la note de service s’adresse uniquement à des subalternes.
Emplois fautifsEmplois corrects
Le directeur a envoyé un mémo pour annoncer l’arrivée d’un nouvel employé.Le directeur a envoyé une note (ou une note de service) pour annoncer l’arrivée d’un nouvel employé.
Je vais me faire un mémo pour ne pas oublier d’envoyer une carte d’anniversaire à mon neveu.
Je vais consigner dans un mémo les noms de tous les membres de notre groupe.
Dans un mémo adressé à une ambassade étrangère, les agents ont donné l’assurance que la règle de l’immunité diplomatique serait respectée.
Le mémo est l’ordre d’achat d’un commerçant.

Sources :

Cajolet-Laganière, Hélène et Guilloton, Noëlle. Le français au bureau. Guides de l’OQLF. 4e éd. 1996

Banque de dépannage linguistique de l’OQLF, http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/bdl.html